MON HISTOIRE

Bonjour à tous!

Voici mon histoire. Entre 35 et 50 ans, j’ai pris du poids, beaucoup de poids. Je me suis mise a avoir mal dans les jambes, surtout dans les genoux. Marché sur une distance de plus d’une trentaine de pieds me devenait de plus en plus difficile. Inutile de dire que de monter des escaliers s’avéraient de plus en plus pénible. Je devais monter une marche a la fois et faire un arrêt à chaque marche. Je me servais de la force de mes bras, accrochés à la rampe de l’escalier, pour monter chaque marche tellement la douleur était grande. Le médecin pour calmer cette douleur me prescrit de la cortisone. Cela fonctionnait, mais dès que je n’étais plus médicamenté par la cortisone, la douleur revenait.

Résultat, j’ai arraché la rampe de l’escalier. La seule solution que mon conjoint et moi avons trouvé fut de vendre la maison afin de trouver une habitation de plein pied. Cela m’a pris du temps, mais j’ai compris que mon poids était un obstacle à mes déplacements. Un jour je me suis dis, « maigrir ou mourir » j’ai choisi la première option, j’étais trop jeune pour mourir.

En 10 mois j’ai perdu 90 livres (40 kilos), j’adorais ma nouvelle silhouette bien que ayant atteint la cinquantaine je devais accepter que la peau ne se replace pas comme elle aurait pu le faire 10 ans auparavant. Mais caché sous les vêtements, j’étais fière de l’apparence que je voyais dans le miroir.

Seul problème, mes jambes qui faisaient toujours mal. Mon médecin de famille finit par me référer  à un orthopédiste. Ce dernier après avoir fait prendre des radiographies, me dit que la seule solution envisageable pour ne pas vivre sur la cortisone le reste de ma vie, était une chirurgie pour m’installé une prothèse complète du genou, et qu’a moyen terme il faudrait également faire la même chose avec l’autre genou.

C’est ainsi qu’en 2011 on m’installa une prothèse complète du genou gauche. Ce qui signifiait, me couper les os, en haut et en bas du genou et remplacer cette partie par une prothèse de métal et de plastique.

Publicités